Exit

Naya GRC 2013

Parution d’une dépêche TICsanté sur l’offre NAYA COMPLIANCE de BMI SYSTEM

PARIS, 1er septembre 2011 (TICsanté) – La société BMI System, éditrice de logiciels de gestion de la conformité réglementaire destinés à l’industrie pharmaceutique et aux fabricants de dispositifs médicaux, attend avec intérêt l’adoption prochaine de la réforme de la sécurité sanitaire du médicament.

Le projet de loi adopté le 1er août 2011 par le gouvernement doit être examiné par l’Assemblée nationale à partir du 27 septembre. Cependant, l’éditeur BMI System bat déjà le rappel de ses clients et prospects, qu’il convie à un « atelier thématique » consacré à la « transparence des relations entre industrie, professionnels et autorités de santé », le 22 septembre à Paris.

L’enjeu est de taille pour l’entreprise parisienne créée en 2004, dont le chiffre d’affaires a déjà progressé de 414.000 euros en 2009 à environ 840.000 euros en 2010 et qui prévoit de générer 1,2 million d’euros de revenus en 2011.

En effet, le projet de loi prévoit la création d’un système de déclaration des avantages directs ou indirects que les industriels procurent à l’ensemble du monde de la santé, en particulier aux médecins, au-delà de 100 euros par an.

A ce jour, les applications « Naya DMOS » et « Naya Dons et subventions », conçues pour gérer les relations des firmes pharmaceutiques avec les professionnels de santé et les associations, équipent huit filiales françaises de grands groupes du secteur, indique Thomas Joder, directeur de la communication de BMI System, dans un entretien à TICsanté.

Ces logiciels sont désormais complétés par un nouveau module, baptisé Naya Sunshine Act, qui permet d’effectuer la « réconciliation financière » des données recueillies, ajoute-t-il.

Ce package pourrait donc intéresser de nombreux laboratoires, car « la plupart travaille avec un logiciel de gestion de processus ordinaire, sur lesquels ils calquent leurs propre organisation interne », affirme-t-il.

« Plus on avance dans le temps et plus la pression réglementaire est forte. Avec cette nouvelle réforme, on passe à un niveau de contrainte supplémentaire. Si ces processus ne sont pas informatisés, les industriels vont perdre beaucoup de temps », explique-t-il.

Malgré un calendrier serré, BMI System estime que la collecte d’informations pourrait être imposée « à partir du 1er janvier 2012, pour une première publication en 2013″.

D’autres éditeurs se sont toutefois positionnés sur ce segment, dont Cegedim, qui rappelait dès le 4 juillet, dans un communiqué, son statut de « leader mondial en parts de marché des solutions de consolidation de dépenses pour les industries des sciences de la vie ».

BMI System ne s’estime pas pour autant désavantagé et compte sur son « expertise du réglementaire » et sur « un effet de gamme » pour se démarquer de cet illustre concurrent. « Même si l’on est petit, nous n’avons pas de complexes », assure-t-il.

Outre le marché des entreprises pharmaceutiques (plus de 300 selon le Leem), l’éditeur vise également les fabricants de dispositifs médicaux, au travers de sa gamme logicielle Yalto. Mais, pour l’heure, fournisseurs et clients potentiels son « dans l’expectative de la loi ». /gb/ar

Close
Go top