Exit

Le comité des normes éthiques dans le domaine de la santé et des sciences de la vie (Ethical Standards in Health & Life Sciences Group*) a récemment publié les résultats de sa consultation sur « la publication des sommes versées aux professionnels de santé de la part d’entreprises commerciales de santé ».

L’enquête a été réalisée de janvier à juillet 2013 au Royaume-Uni auprès de 1056 professionnels de santé : médecins, psychiatres, employés de l’industrie pharmaceutiques, entreprises commerciales, organisations de santé, etc. (voir les résultats). Son objectif est d’évaluer leur position sur la publication des liens d’intérêts mais également de comprendre l’impact potentiel que pourrait avoir cette publication sur la collaboration entre les professionnels de santé et les entreprises du secteur.

Une telle étude est importante en raison des nouvelles dispositions du Code de l’EFPIA (European Federation of Pharmaceutical Industries and Associations), qui exige que la publication des transferts de valeurs des laboratoires pharmaceutiques vers les professionnels de santé et organisations de santé s’effectue au niveau national.

 

Résultats de l’enquête

89% des répondants sont d’accord avec le fait que les paiements doivent être rendus publics dans une démarche de plus grande transparence.

Les résultats ont révélé que pour 79% des personnes interrogées, les paiements devraient être publiés sur une base de données unique et accessible au public.

L’autre sujet majeur de cette enquête est de désigner l’hébergeur de cette base de données centralisée. Sur cette question, les avis divergent. L’Ordre des Médecins (General Medical Council), le Collège Royal des Médecins (Royal College of Physicians) et l’Agence Réglementaire Britannique (Medical and Healthcare Products Regulatory Agency) ont été cités comme hébergeurs potentiels.

Concernant l’impact de la publication, l’enquête montre que 70% des personnes interrogées considèrent qu’elle n’aura pas d’effet préjudiciable. Seulement 16% affirment qu’avec ce dispositif, ils seraient moins susceptibles de s’impliquer dans des activités rémunérées.

 

Ligne 2

Mise à jour du Code de l’ABPI

Les membres de l’ABPI ont validé les modifications apportées au code en vue d’améliorer la transparence des liens d’intérêt entre les laboratoires et les professionnels de santé et organisations de santé.

Comme l’explique le président de l’ABPI, Stephen Whitehead : « Pendant trop longtemps l’industrie pharmaceutique a souffert d’un manque de transparence sur ces liens d’intérêt ». Il a également ajouté que ces liens d’intérêt « jouent un rôle vital » permettant de présenter aux professionnels de santé les différentes innovations et d’améliorer la prise en charge du patient.

Faisant suite à la publication des résultats de l’enquête ESHLSG (cf. ci-dessus), l’ABPI ainsi que d’autres organisations vont désormais aborder les aspects plus techniques de la publication en consultant les parties prenantes concernées. Il est attendu que la version 2015 du Code intègre des exigences sur la méthode de publication des données.

Comme lors de chaque mise à jour du Code, ces modifications feront l’objet d’une consultation qui aura lieu l’été prochain.

Ligne 2

 

* Le ESHLSG est un groupe multipartite composé de 20 organisations de santé, comprenant des représentants de la communauté médicale, de l’industrie pharmaceutique, des dispositifs médicaux et de l’industrie du diagnostic au Royaume-Uni.

Close
Go top