Exit

La publication l’année dernière de Bad Pharma: How Drug Companies Mislead Doctors and Harm Patient (L’industrie pharmaceutique en tort : comment les entreprises de médicaments leurrent les médecins et nuisent aux patients), a choqué une partie du public britannique. Le processus sélectif de publication des essais cliniques est décrit de manière détaillée dans ce livre et la réduction potentielle des éléments de preuve à disposition des médecins et patients est mise en lumière.

A la suite de la publication de ce livre, la transparence et la publication des essais cliniques sont sous le feu des projecteurs. La commission  des sciences et de la technologie de la Chambre des Communes a lancé une enquête en décembre 2012 qui aborde certaines problématiques telles que la transparence et la publication des données des essais cliniques  qui créent des obstacles aux essais cliniques au Royaume-Uni et en Europe. La Commission souhaiterait que les essais menés sur des traitements utilisés par le Service National de Santé (NHS) soient enregistrés et les résultats publiés dans un journal scientifique.

Le rapport appelle le gouvernement à prendre en compte ces recommandations dans les discussions en cours sur la révision des directives européennes (European Union’s Clinical Trials Directive) ainsi que dans sa réponse à l’Agence Européenne des Médicaments sur la consultation autour de la publication des données des essais cliniques, qui se termine fin septembre 2013.

Par conséquent, la Commission a défini, dans ses recommandations, quatre niveaux de transparence :

Essais cliniques

  1. Numéro universel d’enregistrement des essais. A l’avenir, tous les essais cliniques menés au Royaume-Uni liés à des traitements utilisés par le NHS devront être enregistrés.
  2. Le rapport synthétique des essais devra être publié. La commission n’accepte pas l’argument stipulant qu’il est impossible de publier des études dont les résultats sont « négatifs » dans des revues scientifiques examinées par des pairs.
  3. Rapports d’études cliniques. La Commission pense qu’il serait compliqué de rendre obligatoire la création de rapports complets d’études cliniques pour des essais non-commerciaux.
  4. Données individuelles des patients. La Commission s’oppose à la publication de ces données « sans aucune restriction », même si elle s’effectue de manière anonyme.

L’ABPI, Association of the British Pharmaceutical Industry, a lancé un kit de publication des essais cliniques afin d’aider ses membres à se conformer aux exigences de transparence des informations liées aux essais cliniques.

Sources :

www.parliament.uk

www.abpi.org.uk

Close
Go top